avec c-net, c'est plus net sur le net :)

Bonjour. visiteurs jour : 228       Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Robert-Arlette     Santé corona


Cette page vous plait ?
Cliquez ici : Merci.

Informations et loisirs

 Accueil  - Astuces - Blagues - Consomation - Culture - Ecologie - Editorial - Emploi - Energie - Films - Forum - Infos - Loisirs - Métiers - Monde - Nouvelles - Peoples - Sites - Tourisme - Vacances - Plan du site - Z'archives -



 

"A force de trop recycler, la Suède doit importer des déchets"

 

Remarques sur ce titre :
1 Dans notre monde actuel on ne recycle jamais trop
2 Que la Suède puisse aider les autres pays à se débarrasser de leurs déchets est une très bonne nouvelle. Y'en a marre de ces méthodes enseignées dans les écoles journalistiques qui pour faire monter l'audimat inversent les bonnes nouvelles en nouvelles mauvaises ou inquiétantes.

 

Exemples de bons titres pour lutter contre le défaitisme ambiant qui démoralise les gens et augmente la consommation de médicaments :

   "Une grande victoire de l'écologie pour parvenir à un monde durable"   "La Suède donne l'exemple sur la solution ultime de traitement des déchets"

 

incinérateur haute performance : centres de valorisation énergétiqueLa limitation des déchets s'avère depuis de nombreuses années un enjeu dans les pays industrialisés. Catarina Ostlund, conseillère principale de l'Agence suédoise de protection de l'environnement à annoncé que la Suède est capable de recycler l'intégralité de ses ordures recyclables  et peut en plus traiter celles de ses voisins.

 

C'est le grand succès du recyclage suédois. Seulement 1 % des ordures ménagères suédoises finissent dans des décharges, contre 38 % pour la moyenne des pays européens. Dans le détail, 36 % de ces déchets sont recyclés, 14 % compostés et  49 % incinérés, soit le plus haut taux dans l'Union après le Danemark (54 %), loin devant la moyenne européenne (22 %).

Ils utilisent des incinérateurs très performants  appelés centres de valorisation énergétique.

 

Cette combustion des ordures génère aujourd'hui suffisamment d'énergie pour assurer 20 % du chauffage urbain du pays (810 000 foyers) et un approvisionnement en électricité pour 250 000 foyers, sur 4,6 millions de ménages, selon le Swedish Waste Management.

 
Les capacités d'incinération du pays s'avèrent supérieures aux quantités de déchets produits (2 millions de tonnes chaque année). Stockholm a alors commencé à importer des ordures depuis l'Europe : 800 000 tonnes par an.
 
Mais il y a des précautions à prendre : l'incinération des déchets crée des émissions polluantes. Notament le chlorure d’hydrogène (HCI) un gaz incolore toxique et hautement corrosif, les oxydes de soufre (SOx), responsables des pluies acides, les oxydes d'azote (NOx regroupant le monoxyde d’azote (NO), le dioxyde d’azote (NO2), qui ont des impacts en termes d'effet de serre, d'acidification de l'air, des pluies et des eaux) et le plomb.

 

Au lieu de se lamenter l'agence suédoise de gestion des déchets, la Suède a instauré une règlementation stricte en termes de limitation des émissions, entraînant ainsi leur réduction d'environ 90 % depuis le milieu des années 1980. Son exploit n'en est que plus exceptionnel.


L’Institut national de veille sanitaire français précise que les effets des incinérateurs fonctionnant aux normes d’aujourd’hui ne seront bien connus que d'ici 5 à 10 ans. La prudence d'ici là reste de mise. Le bon sens veut que pour le moment on n'en construise pas de partout n'importe comment.

 

Un centre en France du type de ceux installés en Suède et produisant de l'énergie serait le bienvenu, il suffirait de bien choisir son emplacement et de se rappeler qu'ils respectent des normes de polution très rigoureuses.

 

Source : un article d'Audrey Garric sur le Monde.fr

 

 



Total des visiteurs  :    434695   dont aujourd'hui :   228    En ligne actuellement :  13      Total des clics_328935