"; Loisirs, divertissement, travail, santé, alimentation sport

Bonjour     visiteurs jour : 35     Total clics   :   422830       Sites associés 

Chercher 

Coucou et merci Merci            

Informations et loisirs

       
 
Clics 18

Retraites complémentaires: la faillite menace les caisses des salariés du privé.


Syndicats et patronat ont quatre mois pour sauver de la faillite les caisses des salariés du privé. Ils  se retrouvent  mardi 17 février 2015  pour élaborer un plan de sauvetage des régimes des retraites complémentaires Agirc (cadres). L'Arrco (complémentaire de tous les salariés) est en situation moins périlleuse. Ils ont jusqu'en juin pour trouver une solution.  La Cour des comptes chargée des corvées que les politiques et syndicalistes refusent par démagogie avait alerté en décembre : «Les perspectives sont alarmantes»,


Si aucune mesure n'est prise, l'Agirc n'aura plus un sou en 2018. Il faudra trouver 5 milliards d'euros par an pour repousser au-delà de 2030 l'épuisement des réserves.  L'Agirc et l'Arrco ne peuvent pas s'endetter pour combler leur déficit, contrairement au régime général géré par l'État (Ce qui ne résout rien mais aggrave la situation puisqu'il faudra rembourser avec intérêts en plus ) .


Une fois les coffres vides, il n'y a plus qu'à réduire les pensions des millions de retraités du privé. Ou à augmenter les cotisations.Depuis 2011, les partenaires sociaux ont pris plusieurs fois, des mesures douloureuses (mais toujours insuffisantes par lâcheté et refus de voir la réalité!).


«En 2013, nous avons entériné une série de mesures pour corriger le tir, mais elles ne produisent pas assez d'effets vu la stagnation de notre économie», reconnaît Jean-Louis Malys, en charge des retraites à la CFDT. Ce qu'il ne dit pas, c'est que la réforme des retraites Touraine - faute de mesures d'âge - n'a en rien aidé les régimes de complémentaires. Pire, les décisions gouvernementales prises dans ce domaine depuis 2012 ont alourdi les comptes de l'Agirc et de l'Arrco de 1,4 milliard d'euros.


Reste la fusion des deux régimes cadres et salariés et de leurs réserves (9 milliards pour l'Agirc et 55 milliards pour l'Arrco en 2013), qui permettrait de repousser l'échéance. FO, la CFTC et la CFDT sont pour. «Ce serait de la pure procrastination et ne ferait que renvoyer le fardeau sur les épaules des générations suivantes», critique en revanche Serge Lavagna, le «M. Retraite» de la CFE-CGC.

Et puis ce serait spolier les non cadres qui ont mieux géré leurs retraites, la CGC est d'une grande honnêteté dans cette affaire


Le syndicat de l'encadrement se retrouve aux côtés de la CGT parmi les opposants à cette fusion.Les positions entre syndicats et avec le patronat sont donc très éloignées. Au-delà  le contexte social est très tendu. L'échec de la négociation sur le dialogue social a laissé des traces et si ces nouvelles discussions capotaient, c'est la gestion par les partenaires sociaux qui serait remise en cause.


«Nous tenons au paritarisme, explique Philippe Pihet, responsable de la protection sociale de FO. Mais le coût pour notre attachement au système ne doit pas être prohibitif.» Reste que le gouvernement serait bien embêté de devoir reprendre la main sur le dossier explosif des retraites.

Source Le Figaro






Retraites complementaires en péril

Vos messages sont modérés.   Les visiteurs non inscrits ont leur pseudo préfixé par x_.   Merci de respecter la loi et les personnes.

Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Vous
inaugurez
ce forum,
félicitations.
Pseudo     Le 22-10-2017.   Titre  

 

Total des visiteurs  :    176028   dont aujourd'hui :   35    En ligne actuellement :  4      Total des clics   422830